Irak: un député sadriste tué dans un attentat, huit morts dans des violences

Publié le par JC

Là, c'est pareil, c'est les mêmes que dans l'article précédent. On va nous faire croire que les résistants ont des bombes magnétiques ! A d'autres.

Au moins huit personnes ont été tuées jeudi dans des violences en Irak, dont un député du mouvement Sadr, décédé après avoir été blessé dans un attentat à Bagdad.



Irak: un député sadriste tué dans un attentat, huit morts dans des violences

Saleh Al-Ogaïli, député appartenant au mouvement du leader radical chiite Moqtada Sadr, a été grièvement blessé jeudi matin dans l'explosion d'un engin piégé dissimulé dans une moto au passage de son véhicule.

Il est mort quelques heures plus tard "des suites de ses blessures", a annoncé depuis Najaf (160 km au sud de Bagdad) le comité politique du mouvement Sadr.

Un passant a été tué et quatre autres personnes, dont le secrétaire de M. Ogaïli, ont été blessées dans l'attentat qui a eu lieu près du domicile du parlementaire dans le quartier de Sadr City, bastion sadriste et immense faubourg populaire dans le nord-est de Bagdad.

Il s'agit du premier parlementaire irakien assassiné depuis 18 mois dans le pays. En avril 2007, un attentat à la bombe avait visé l'enceinte du Parlement irakien, dans la "zone verte" ultra-fortifiée de Bagdad, tuant huit personnes, dont un député.

Le Premier ministre Nouri al-Maliki a exprimé sa "profonde souffrance" et sa "tristesse" après la mort d'Ogaïli et annoncé la formation d'une commission d'enquête dirigée notamment par le ministre de l'Intérieur.

Dans un communiqué conjoint, le chef des forces américaines en Irak, le général Raymond Odierno, et l'ambassadeur des Etats Unis à Bagdad, Ryan Crocker, ont "condamné avec force cet assassinat".

MM. Odierno et Crocker ont dénoncé cette "attaque contre les institutions démocratiques de l'Irak" et ont appelé les parties irakiennes "à résoudre leurs différends par le dialogue (...)".

Cette attaque intervient alors que Bagdad, après une amélioration notable de la sécurité depuis un an, connaît une recrudescence des attaques et attentats à la voiture piégée depuis un mois.

Début septembre, anticipant cette hausse des violences, les forces de sécurité irakiennes avaient mis en garde contre de nouveaux attentats à venir et une possible campagne d'assassinats ciblés contre des personnalités politiques.

Docteur en histoire et père de 5 enfants, M. Al-Ogaïli, 41 ans, comptait parmi les 32 membres du mouvement sadriste élus en 2005 au Parlement irakien.

Le mouvement de Moqtada Sadr, bête noire des Américains, a compté six ministres de juin 2006 à avril 2007 dans le gouvernement Maliki.

Jeudi matin, également à Sadr City, une autre bombe a explosé au passage d'un convoi de la police, tuant un civil et blessant quatre personnes, dont deux policiers, selon une source de sécurité.

Dans l'après-midi, une bombe magnétique dissimulée sous une voiture a explosé sur une route du quartier Al-Mansour (ouest), tuant le conducteur du véhicule visé.

Ailleurs en Irak, deux chefs locaux de milices anti Al-Qaïda ont été tuées en moins de 24 heures au nord du pays.

Abbas Khudair, chef des milices Sahwa ("Réveil" en arabe) pour la localité d'Al-Uthaim, près de Baqouba (capitale de la province de Diyala, à 60 km au nord-est de Bagdad), a été tué jeudi matin avec son fils par l'explosion d'une bombe au passage de son véhicule, selon une source de sécurité locale.

Sept membres de sa famille ont été blessés dans l'attaque. Son neveu et sa fille, qui figuraient parmi les blessés, sont décédés peu après à l'hôpital, a constaté le correspondant de l'AFP.

Plus au nord, dans la périphérie de la ville de Kirkouk (255 km au nord de Bagdad), le chef des Sahwa pour le district de Zab a été tué mercredi soir dans sa ferme par des inconnus armés, a indiqué un responsable de la police locale, Firas al-Joubouri.

Arrivés à bord de trois véhicules, les assaillants ont pu prendre la fuite après l'attaque, a précisé M. Joubouri.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article