Robert Gates en Europe pour remettre sur le tapis le bouclier antimissiles

Publié le par Adriana Evangelizt

Le lobbying de Gates pour le bouclier anti-missiles, bien sûr, mais aussi pour essayer de récolter de la chair à canon supplémentaire. Les Etats-Unis et les sionistes provoquent des guerres et ce sont les autres Etats qui doivent envoyer des soldats au front. Nous serions président, nous retirerions nos troupes et nous les laisserions se débrouiller tout seul. C'est tout ce qu'ils méritent. Ils n'ont qu'à rentrer chez eux et foutre la paix au monde.

Robert Gates en Europe pour remettre sur le tapis

 le bouclier antimissiles

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates entame dimanche une tournée en Europe de l'Est qui le mènera en Ukraine et en République tchèque, afin de plaider de nouveau la cause du projet de bouclier antimissiles en Europe, auquel la Russie s'oppose radicalement.

M. Gates participera ensuite mercredi et jeudi à une réunion informelle des ministres de la Défense de l'Otan, où il pressera les pays partenaires d'envoyer des renforts en Afghanistan, selon un haut responsable du Pentagone.

Le ministre, qui a quitté Washington samedi soir, était attendu dimanche et lundi en Ukraine, où il rencontrera le président pro-occidental Viktor Iouchtchenko.

Il s'entretiendra auparavant à Kiev avec le ministre turc de la Défense, alors qu'Ankara menace d'intervenir militairement dans le nord de l'Irak pour attaquer les rebelles kurdes qui y sont basés, au grand dam de Washington et de Bagdad.

Le secrétaire à la Défense devrait chercher le soutien de l'Ukraine dans l'épineux dossier du bouclier antimissiles américain en Europe, un sujet qui fâche le voisin russe.

Les Etats-Unis souhaitent installer des intercepteurs de missiles en Pologne et une station radar en République tchèque, et assurent vouloir ainsi répondre à une éventuelle menace de pays comme l'Iran.

Mais la Russie voit d'un mauvais oeil ce déploiement dans l'ancienne zone d'influence de l'ex-URSS, et y voit un danger direct pour sa sécurité. Les dernières négociations sur ce sujet à Moscou début octobre entre M. Gates, la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice et leurs homologues russes ont échoué.

Le président ukrainien a déclaré n'avoir aucune intention d'examiner l'idée d'un déploiement du bouclier sur son territoire.

Contrairement au Kremlin, il ne condamne toutefois pas l'extension de ce bouclier à l'Europe
, estimant qu'il s'agit d'un droit souverain de chaque pays.

M. Gates participera également à un conseil des ministres de la Défense des pays de l'Europe du Sud et de l'Est, une organisation régionale créée notamment dans le but de "simplifier la procédure de l'intégration à l'Otan" pour ses onze adhérents, selon Kiev.

Ils devraient évoquer ensemble les éventuelles adhésions à l'Otan de la Croatie, la Macédoine et l'Albanie, tous trois candidates, mais aussi celle de l'Ukraine, sujet cher au coeur de M. Iouchtchenko.

L'opinion publique et la Russie y sont toutefois hostiles, et le contexte politique peu porteur, après les récentes législatives remportées de justesse par les pro-occidentaux.

M. Gates se rendra mardi en République tchèque, avec lesquels les Etats-Unis négocient pour étendre à l'Europe leur bouclier antimissiles.

La majorité des Tchèques s'opposent à l'installation de la station radar.

Malgré tout, "nous espérons toujours conclure les négociations avec Prague avant fin 2007, et commencer la construction au début de l'été 2008", souligne-t-on côté américain.

Mercredi et jeudi, M. Gates participera aux Pays-Bas à une réunion informelle des ministres de la Défense de l'Otan, où il compte appeler les Etats membres et leurs partenaires à partager le fardeau en Afghanistan.

Les Pays-Bas et le Canada, dont les soldats combattent les talibans dans le sud du pays, débattent de leur maintien au-delà des dates limites de leur mission, et aucun autre allié ne s'est offert de les remplacer pour l'instant.

M. Gates insistera sur "les besoins en soldats, en transport et en formateurs" pour entraîner les forces de sécurité afghanes, selon le Pentagone.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans OTAN

Commenter cet article